Présentation / Historique

 

IMG_5220b
Une partie des membres actifs de La Ligue Contre La Violence Routière du Jura (LCVR39)

Composition du bureau et du conseil d’administration de l’association départementale du Jura de la Ligue Contre la Violence Routière ( lcvr 39 )

Président : Michel  Guillemin

Trésorière : Chantal Servaux

Secrétaire : Jean louis Grison

Conseil d’administration:

Comte Jean Michel, Grappin Jean Paul, Grenot Denis, Grison Jean Louis, Guillemin Michel, Lestradet François, Letroublon Annie, Maitre Albert, Mourat Patrice,  Passot Louis, Servaux Chantal, Vuilloz Gérard.

Présentation de la Ligue Contre la Violence Routière

La Ligue Contre la Violence Routière est née en 1983. Elle regroupe de simples citoyens voulant faire reculer la violence là où elle est la plus menaçante et la plus meurtrière : celle qui s’exprime à travers le conduite des Français au volant. Cette violence routière génère des drames quotidiens qui deviennent des faits divers presque normaux : des choses de la vie en somme.

Pour beaucoup, l’accident est quelque chose sur quoi il est difficile d’agir. C’est …. Le hasard, la fatalité, un évènement inévitable, une coïncidence. Or, fatalité et malchance sont des termes à proscrire en matière d’accident, car ceux-ci ont toujours des causes sur lesquelles on peut agir.

C’est pourquoi la Ligue Contre la Violence Routière existe, et notamment à travers  ses 50 associations départementales. Conformément à l’article 1 des statuts de la ligue Contre la violence Routière, ces associations luttent par tous les moyens légaux contre les manifestations de la violence routière et participent à la prévention des accidents de la circulation ( commissions municipales de sécurité routière, intervenants départementaux de sécurité routière, CLSPD,  etc.. ) . Car la lutte contre l’insécurité routière n’est pas seulement du ressort de l’état. Elle requiert la mobilisation de tous ceux qui sont décidés à obtenir des résultats immédiats et durables, le rôle des associations y étant déterminant. Nombreux sont ceux qui, sans être blessés dans leur chair rejoignent les rangs de la Ligue Contre la Violence Routière afin de faire entendre la voix de ceux qui veulent sur la route et dans les rues, donner priorité au respect de la vie.

En 2000, 2477 enfants de moins de 24 ans mouraient chez nous chaque année dans les accidents de la circulation. Aujourd’hui, ils sont encore près de 1085 à y laisser la vie. C’est intolérable.

Les Objectifs de la Ligue Contre la violence Routière :

La lutte contre la banalisation de l’insécurité routière, la prise de conscience des problèmes de sécurité par l’opinion publique et les pouvoirs publics sont des actions fondamentales pour que cesse l’hécatombe sur nos routes. Dans cette perspective, les objectifs de la ligue contre la Violence routière sont:

  • Informer : La plupart des Français ne découvrent  la gravité de la violence routière qu’après en avoir été eux même victimes. Médias et pouvoirs publics doivent mettre fin à cet état d’ignorance pour ne pas devenir les complices du meurtre au quotidien.
  • Prévenir : C’est exiger le contrôle renforcé des infractions. Les forces de police sur les routes sont là pour aider à vivre et non seulement pour pénaliser. L’absence actuelle de contrôle rend inefficace toute mesure, actuelle ou, nouvelle.
  • Exiger : une infrastructure adaptée à la conduite des véhicules et à la sécurité du piéton. L’application à l’égard des conducteurs infractionnistes. L’arrêt de la construction d’automobiles pouvant aller jusqu’à 250 km/h et l’arrêt des campagnes faisant l’apologie de la vitesse.
  • Responsabiliser : Le permis de conduire doit être un contrat de conduite qui conscientise et engage le conducteur.
  • Proposer : La mise en œuvre de campagnes télévisuelles incessantes pour mettre en garde, informer, expliquer les nouvelles mesures. La mise en place d’une éducation routière pour les enfants et les jeunes conducteurs de demain ( la voiture ne doit pas être un mythe symbolisant la puissance mais, un moyen de transport ). L’annonce régulière dans les journaux télévisés du nombre de  victimes de la journée ( et pas seulement le bilan occasionnel d’un accident spectaculaire )
  • Accueillir : Création de structures d’accueil des familles éprouvées par un accident, généralement désorientées, ignorantes des démarches. La Ligue quand à elle, conseille, se constitue partie civile dans certains procès.

L’Organisation de la Ligue Contre la Violence Routière:

C’est une association loi de 1901 qui fédère des associations départementales relevant de la même loi et ayant des statuts analogues. Actuellement une cinquantaine d’ associations départementales sont fédérées.

Les compétences des associations départementales sont:

  • Actions de prévention
  • Accueil des familles, constitution de partie civile lors des procès au côté des familles qui le demandent
  • Relation avec les autorités municipales, départementales et régionales
  • Relation avec les médias locaux : TV régionale, radio et presse locale

La Ligue Contre la Violence Routière, Fédération Nationale est administrée par un conseil d’administration dont les membres peuvent venir de toutes les régions de France et sont élus pour 3 ans renouvelables par une assemblée générale regroupant tous les présidents d’associations départementales et qui se réunit tous les ans. Le conseil d’administration, lui, se réunit 3 fois par an et élit un Bureau National dont les compétences sont :

  • Actions nationales
  • Relation avec les ministres et le gouvernement
  • Relation avec les médias nationaux
  • Edition d’un bulletin trimestriel tiré à 5000 exemplaires
  • Gestion directe des adhérents des départements où il n’existe pas d’association départementale

La Ligue Contre la Violence routière compte aujourd’hui 5000 familles adhérentes. Un nombre important de ses  membres actifs  a suivi la formation d’intervenant départemental de sécurité routière et participe à l’élaboration des plans départementaux d’actions de sécurité routière.

Historique :

La Ligue Contre la Violence routière a été créée le 22 Avril 1983 ( JO du 07 Mai 1983, p.4392 ) par un groupe de femmes ayant perdu des enfants dans des accidents de la circulation. La présidente était Geneviève JURGENSEN.

Dès Novembre 1986, la Ligue, déjà forte de plusieurs centaines d’adhérents, organisait un colloque regroupant une centaine de participants venant des Fédérations de Parents d’Elèves, de la Prévention Routière, de l’Education Nationale, de municipalités, de la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière, etc  …. sur 4 thèmes :

  • Protection des jeunes
  • Environnement urbain et sécurité routière
  • Enquêtes REAGIR
  • Actions en justice

Un compte rendu détaillé résumait ce colloque.
Peu après, la Ligue organisait dans plusieurs départements un service de prêt de siège auto pour les bébés, accessibles aux jeunes parents dans les PMI et les maternités. 10 000 sièges étaient ainsi mis à disposition avec l’aide financière de différents partenaires : assureurs, conseillers généraux notamment.  Aujourd’hui, l’utilisation de tels sièges pour le transport en voiture de jeunes enfants est  devenue  obligatoire.

En 1988-1989, la Ligue participe à l’élaboration du livre blanc de la sécurité routière, dont les propositions sont mises en œuvre à partir de 1990 : port de la ceinture à l’arrière, permis à point, abaissement à 0,5 g/litre de sang du taux d’alcoolémie, 50 en ville, délit de récidive de grand excès de vitesse, entre autres.

Depuis 1985, la ligue se porte partie civile aux côtés de familles victimes d’accident dans des cas bien précis.

En 1994, Ghislaine LEVERRIER remplace Geneviève  JURGENSEN à la présidence.

A l’automne 1998 elle cède sa place à Philippe LAVILLE.

En 2002, Chantal PERRICHON lui succède.